Ministère des Mines, de l’Industrie et du Tourisme

Sceau de Republique Gabonaise

Géologie

Géologie

La géologie du Gabon est subdivisée en quatre grands ensembles tectonostratigraphiques décrits dans un contexte régional:

  • le socle archéen
  • les formations du paléoprotérozoïque
  • le bassin Néoprotérozoïque de la Nyanga
  • les ensembles phanérozoïques

    Le Socle archéen, composé de deux domaines, dont le massif du Nord Gabon et le massif du Chaillu, fait parti du socle archéen de l'Afrique de l'Ouest appelé aussi le craton du Congo. La fracture de Nkol témoigne des différentes phases d'accrétion qui ont affecté ce socle archéen daté entre 3200 et 2600 Ma. Cette datation présente des similitudes avec les roches archéennes du craton de Sáo Francisco (Brésil) dont l'âge est compris entre 3400 et 3200 Ma. Cette période est marquée par des gneiss ayant subi un métamorphisme catazonal, les greestones belt plus présentes dans le massif du Nord Gabon que dans le massif du Chaillu, lesquelles sont mises en place entre 3000 et 2950 Ma. Enfin l'activité plutonique entre 2900 et 2600 Ma est mise en place avec les roches ultrabasiques de Kinguélé, les leucogranites, les pegmatites, les monzonites et les granites. Ces roches archéennes sont ensuite remobilisées lors de l'orgène du paléoprotérozoïque entre 2400 et 2000 Ma.

    L'apparition des premiers bassins sédimentaires tels que celui de l'Ogooué (2500 Ma) marque le début des formations du paléoprotérozoïque mises en place à la faveur du plutonisme de la fin archéen associé à la tectonique verticale. Les formations de l'Ogooué font parti du domaine orogénique de l'Ogooué depuis la série de Kolissen à l'Ouest de la faille l'Ikoye-Ikobé jusqu'à la faille de l'Ogooué-Offoué qui souligne le début des formations paléoprotérozoïques épi-métamorphiques ou non métamorphiques du Francevillien. Ces dernières s'individualisent en position d'avant pays suite à la tectonique collisionnelle entre les cratons du Congo (Afrique) et de Sáo Francisco (Amérique du Sud) qui a favorisé les différentes phases d'accrétion. Les roches du domaine orogénique de l'Ogooué sont de fait plissées et sont affectées par un métamorphisme polyphasé (2500 et 2400 Ma). On ajoute à l'ensemble des formations paléozoïques les plutons d'âge éburnéen du Mayombe (ou chaîne ouest-congolienne) qui occupe le Sud-Ouest sous forme de pointements et qui est métamorphisé et restructuré au panafricain. Un rejeu panafricain de la faille Ikoye-Ikobé est daté à 530 Ma.

    Le bassin néoprotérozoïque est marqué par le synclinal schisto-calcaire de la Nyanga qui fait parti de la vaste ceinture orogénique ouest-congolienne qui a été affectée à l'orogenèse panafricaine vers 540 Ma. Cette orogenèse panafricaine s'accompagne d'une activité magmatique alcaline intrusive. Ces intrusions sont soulignées par la présence au Gabon des dolérites précoces et la carbonatite tardive de Mabounié qui est située à 40 km au Sud-Est de la ville de Lambaréné.

    Les ensembles phanérozoïques au Gabon commencent à la période pré-rift, avec les dépôts lacustres et des grès. La phase de rift au Crétacé inférieur est marquée par des dépôts continentaux, quelques dolérites côtières et du volcanisme. Les dépôts d'évaporites, de faciès continentaux et des faciès marins carbonatés correspondent aux phases de dérive de l'Aptien au Pléistocène. Le crétacé-tertiaire, se manifeste par les dépôts des plateaux Batékés et enfin le miocène par les coulées volcaniques.

Publié le : 21 / 09 / 2011

Connexion VisiteurConnexion


En Haut