Ministère des Mines

Sceau de Republique Gabonaise

Discours du Ministre Akagha-Mba au lancement du PIQAC

Logo

 Atelier de lancement National du Programme Infrastructure Qualité de l’Afrique Centrale (PIQAC)

Discours d’ouverture de Monsieur Christophe AKAGHA MBA

Ministre des Mines, de l’Industrie et du Tourisme,

Libreville, le 03 juillet 2015

 

Excellences, Messieurs les Membres du Gouvernement, Chers Collègues ;

Excellence, Madame l’Ambassadeur de l’Union Européenne ;

Monsieur le Représentant du Président de la Commission Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale

Monsieur le Représentant du Secrétaire Général de la CEEAC ;

Mesdames et Messieurs les Partenaires Techniques au développement ;

Mesdames et Messieurs les Responsables des Administrations ;

Mesdames et Messieurs les Représentants du Secteur Privé et de la société Civile ;

Distingués Invités, Mesdames et Messieurs.

Il me plaît, avant tout, de vous exprimer mes vifs et sincères remerciements, pour avoir bien voulu honorer de votre présence, la cérémonie d’ouverture de l’évènement qui nous réunit ce matin, malgré vos agendas bien chargés ; ce qui démontre, à suffisance, l’intérêt que vous accordez aux problèmes de la Qualité dans notre pays. Pour cela, je vous en sais infiniment gré.

A titre de rappel, je voudrais souligner que, le 10 Juin dernier, la ville de Yaoundé, Capitale de la République du Cameroun voisin, a abrité la cérémonie de lancement officiel, au niveau sous-régional, du Programme Infrastructure Qualité de l’l’Afrique Centrale (PIQAC), sous l’égide de la CEMAC.

Lors de ces assises, il avait été demandé à tous les pays concernés, de bien vouloir organiser chacun, un séminaire national de lancement de cet important programme afin que l’ensemble des acteurs s’en approprient les enjeux, pour favoriser la réussite de sa mise en œuvre.

S’agissant du Programme lui-même, permettez-moi de dire qu’ilfait partie de la composante 2 du Programme d’Appui au Commerce et à l’Intégration Economique (PACIE).

Il est financé par l’Union Européenne, pour permettre le renforcement de la compétitivité des entreprises des pays de l’Afrique Centrale, dans le cadre d’un appui aux institutions régionales et nationales, vecteurs de l’infrastructure qualité.

 Sa mise en œuvre, en réseau régional, devrait également permettre une diversification des secteurs productifs et insuffler une véritable culture de la qualité pour développer :

 1) la bonne gouvernance et la coopération régionale en matière de Qualité ;

2)  des services efficaces en matière de Qualité au secteur privé et aux consommateurs pour les produits régionaux, améliorant ainsi le commerce intra-régional et international;

3)  la promotion de la Qualité au niveau régional dans les comportements et les productions de biens et services.

Exécuté par l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), son champ d’action couvre cinq (5) des six (6) pays membres de la CEMAC à savoir, le Cameroun, le Congo, le Gabon la République Centrafricaine et le Tchad ainsi que deux pays membres de la CEEAC, la République Démocratique du Congo et la République de São Tomé et Príncipe.

 Je voudrais donc, pour la circonstance et au nom du Gouvernement gabonais, exprimer toute notre gratitude à   l’Union Européenne et à l’ONUDI, pour avoir bien voulu nous accompagner dans la mise en œuvre de ce programme dont les objectifs sont salutaires pour les économies de nos Etats.

Excellences, Mesdames et Messieurs.

La mise en œuvre du Programme Infrastructure Qualité de l’Afrique Centrale (PIQAC) se situe à une période charnière de nos Etats qui doivent, de plus en plus, développer un cadre formel d’échanges d’informations et de compétences entre les acteurs nationaux pour :

 Bâtir une politique régionale de la Qualité ;

  • Développer un mécanisme de coordination des activités de normalisation et de promotion de la Qualité ;
  • Asseoir des capacités de certification en matière de sécurité sanitaire des aliments ;
  • Créer des laboratoires de référence mis à niveau et opérationnels ;
  • Inculquer au grand public une culture de la qualité qui vise à protéger les populations contre les dangers occasionnés par la consommation des produits de mauvaise qualité.

A l’heure où les relations économiques et la mondialisation des échanges commerciaux imposent le respect des normes et des standards internationaux, nous nous félicitons de ce que la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) se soit fixée pour objectif la mise en place d’un marché intérieur, inspiré du modèle européen, à travers la signature de l’Accord de Partenariat Economique (APE) avec l’Union Européenne.

Nous approuvons également que le Programme Infrastructure Qualité de l’Afrique Centrale (PIQAC) vienne mettre en exécution une recommandation très forte du Cadre d’Action sous-régional qui exige, pour l’atteinte des objectifs de l’Emergence de notre espace, un partenariat fort entre les Etats, les Partenaires au Développement, les Organisations   de   la   Société   Civile   et   le Secteur Privé.

Enfin, nous nous réjouissons de ce que le lancement du Programme Infrastructure Qualité de l’Afrique Centrale (PIQAC) coïncide avec celui des activités de la Stratégie Nationale d’Industrialisation.

En effet, l’exécution simultanée de ces deux programmes devrait créer des synergies nécessaires à la mise en œuvre du Programme National de Normalisation, Action 116 du Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE), cher au Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence ALI BONGO ONDIMBA.

Excellences, Mesdames et Messieurs.

Je ne doute pas un seul instant que cette journée sera marquée par des échanges fructueux, notamment entre les Experts que vous êtes, afin de permettre aux uns et aux autres de s’enrichir mutuellement au plan de vos connaissances.

Je souhaite surtout que l’ensemble des acteurs nationaux s’approprient le Programme Infrastructure Qualité de l’Afrique Centrale (PIQAC), pour favoriser sa mise en œuvre et je sais pouvoir compter sur vous pour que le Gabon, dans la réalisation des activités de cet important et vaste programme, soit un bon exemple pour les autres pays de la sous-région, en matière de Qualité.

 Sur ce, je déclare ouvert l’Atelier National de lancement du Programme Infrastructure Qualité de l’Afrique Centrale (PIQAC).                  

Je vous remercie.

Publié le : 06 / 07 / 2015