Ministère de l'Equipement, des Infrastructures et des Mines

Sceau de Republique Gabonaise

École des mines et de la métallurgie de Moanda/Sortie de la première promotion

Logo

La cérémonie de remise de diplômes a été présidée, samedi dernier, dans l’amphithéâtre de l’établissement, par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

LE 21 avril 2018 ne sera jamais un jour comme les autres pour l’Ecole des mines et de la métallurgie de Moanda du Gabon (E3MG). Il marque, en effet, la sortie de la première promotion de cet établissement, baptisée Jacques Libizangomo Joumas, du nom du premier ingénieur gabonais, conformément à une décision de son Conseil d’administration.

 

Celle-ci compte 27 impétrants dont un Camerounais, sur les 29 admis à l’entrée, il y a un an et demi, a rappelé Étienne Mvoula, le directeur général de l’E3MG. Dans le détail, elle compte 8 étudiants dans la filière "Ingénieur de spécialisation" avec 4 mentions bien, 10 en "Licence mines-métallurgie" avec une mention bien et 9 en "Licence prospection minière" une mention bien également.

Une satisfaction pour le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba qui, présent à cette occasion, s’est souvenu de ce que cette école fait partie des mesures importantes qu’il avait prises, le 11 septembre 2011, lors de sa visite au stade Henri-Sylvoz de Moanda, dans le cadre du conseil des ministres délocalisé dans la province du Haut-Ogooué. Pour matérialiser cette annonce, le président de la République avait posé, le 12 octobre 2012, la première pierre marquant le lancement des travaux de construction de l’E3MG.

 

Une fierté aussi pour cette première cuvée, après 18 mois d’une formation qui n’aurait donc pas été possible sans la volonté du numéro un gabonais. Mais, également sans le soutien de la Compagnie minière du Gabon (Comilog), filiale du groupe français Eramet. Ce qui atteste de la réussite d’un partenariat public-privé

 

Mais que vaudront cette formation et ces diplômes si les lauréats ne trouvent pas d’emplois ? Rien du tout. Dans le discours de la représentante des étudiants, Yolène Graciella Tchibinda, l’on se montre, certes, mesuré, mais, il y a cette assurance que la formation reçue cadre bien avec les besoins de l’industrie minière et métallurgique. «Notre satisfaction ne sera totale qu’à partir du moment où toutes les compétences acquises lors de cette formation de qualité seront valorisées à travers l’obtention d’un emploi décent pour chacun des lauréats. Il en va de la crédibilité même de ce projet» , a lancé Mlle Tchibinda.

L’expectative des étudiants a vraisemblablement été rassurée par le chef de l’Etat qui, au moment de leur remettre les diplômes, a d’abord pris quelques minutes pour leur parler. Le ministre des Mines s’est aussi montré rassurant quant à leur avenir. En effet, Christian Magnagna a rappelé un certain nombre d’acquis et d’avancées qui visent, selon lui, à démontrer que «l’avenir des lauréat actuels et futurs de cette école est prometteur et générateur d’espérances en matière d’employabilité» . Il a notamment fait allusion à la mise en service des complexes industriels et métallurgiques de Moanda par la Comilog ; de l'exploitation du gisement de manganèse de Biniomi par la Nouvelle Gabon Mining à Franceville et, très prochainement, de celui d’Okondja par la même société.

 

Il a aussi cité les avancées récentes du projet de reprise des mines de Maboumine dans le Moyen-Ogooué, avec le soutien d’Eramet. Avant de parler de la signature, le 18 janvier dernier, d’un accord-cadre avec la société Havilah en vue de l’exploitation, dans environ 3 ans, de la mine de fer de Milingui dans la province de la Nyanga. Tout comme l’élaboration d’un «nouveau Code minier visant, d’une part, à améliorer l’attractivité des investissements directs dans le secteur minier et, d’autre part, à accroître de manière dynamique la contribution de la responsabilité sociale des entreprises minières dans le développement économique et social des régions minières» .

Il reste maintenant à attendre la suite. Et de voir ce qui en sera entre les discours, les promesses et leur matérialisation.

Source (L'Union par GRM)

 

Publié le : 27 / 04 / 2018